Cocon sémantique : pour un référencement réussi

Initié par le référenceur français Laurent Bourrely, le cocon sémantique est une architecture SEO. Il s’agit d’un système de netlinking interne. Cela signifie que plusieurs pages traitant le même thématique sont mises en ligne par d’éditeur d’un site. Ces contenus visent tous à optimiser la visibilité. L’objectif final serait ainsi d’avoir du trafic bien ciblé.

Qu’est-ce que le cocon sémantique ?

Le cocon sémantique est une méthode de référencement qui a la côte auprès des éditeurs de site internet. Il consiste à construire toute une structure autour d’un site situé au cœur de tout un système de pages. Ces dernières sont toutes reliées par des liens qui appartiennent tous au même thème.

Ainsi, en cliquant sur un lien, le visiteur apprendra davantage sur le sujet traité par le site. L’internaute passera le plus longtemps possible dans le cocon sémantique.

Cette méthode ne cherche pas tellement à avoir un gros volume de trafic. Elle vise davantage à attirer et à fidéliser un public ciblé. Ces internautes sont des personnes réellement intéressées par les contenus proposés et le thème en général. Le transformer en prospects puis en clients deviendra plus simple plus tard.

En gros, cette technique de référencement mise sur la qualité. Il demande toutefois la mise en place de toute une arborescence de pages.

Une technique SEO qui porte ses fruits

L’initiateur du cocon sémantique, Laurent Bourrely était le premier à avoir prouvé l’efficacité de cette technique. D’autres référenceurs l’ont suivi. Le concept figure actuellement parmi les tendances SEO 2018. Si les objectifs sont surtout qualitatifs, l’impact sur le trafic est bien réel. Le cocooning, si ce terme est approprié pour le sujet, apporte des bénéfices palpables sur le référencement naturel. La position du site s’améliore sur les résultats des moteurs de recherche, notamment sur les rank pages Google. Pour tirer profit de cette stratégie, il existe quelques règles à suivre, en particulier sur le choix du plan de la structure à mettre en place.

Par ailleurs, ce serait plus intéressant d’adapter la technique en fonction des besoins de l’éditeur, mais surtout de sa clientèle. En d’autres termes, il va falloir se mettre dans la tête de l’internaute que le site cible.

Spécificités de cette méthode de référencement

Il faut au moins trois niveaux de pages pour mettre en place un cocon sémantique. La cible sera le contenu principal. Ce ne sera pas nécessairement une page d’accueil. L’arborescence pourra ensuite se diviser en plusieurs silos, eux-mêmes subdivisés en plusieurs pages. Cette disposition rend un site plus organisé et plus complet. Sur une arborescence normale, il faut parfois remonter jusqu’à l’accueil pour pouvoir passer à une autre rubrique. Avec un cocon sémantique, il sera possible de passer d’une page à l’autre de manière horizontale.

En ce qui concerne le coût, cette stratégie s’adapte à chaque demande. Les référenceurs, ainsi que les agences Web proposent des solutions clé en main dont le devis est calculé en fonction des besoins du site et de sa clientèle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *